En collaboration avec le Vanderbilt University Medical Center, le La Jolla Institute for Immunology et l’Emory University, des flux de tâches de neutralisation virale faisant appel à la plateforme Berkeley Lights font l’objet d’un développement accéléré en réponse à l’épidémie de coronavirus 

EMERYVILLE, Californie, 26 mars 2020 /PRESSDAILY.COM/ — Aujourd’hui, Berkeley Lights, Inc. a annoncé la création du Global Emerging Pathogen Antibody Discovery Consortium (GEPAD) avec les membres fondateurs, à savoir le DrJames Crowe et le DrRobert Carnahan du Vanderbilt University Medical Center, le DrErica Ollman Saphire du La Jolla Institute for Immunology et le DrFrances Eun-Hyung Lee de l’Emory University, qui visera à accélérer la découverte d’anticorps neutralisants dans des échantillons de sang prélevés sur des patients. Le traitement de précieux échantillons sanguins et de cellules fragiles peut être difficile avec les technologies traditionnelles. Le consortium fera appel à la plateforme Beacon de Berkeley Lights pour découvrir des anticorps à l’aide de sang provenant de patients en rémission comme base pour des traitements, le COVID-19 étant la première cible.

À l’heure où les chercheurs à travers le monde caractérisent rapidement le virus SARS-CoV-2, la capacité de dépister des lymphocytes B simples exprimant un anticorps neutralisant du SARS-CoV-2 demeure un défi important et laborieux à relever. Le corps compte des milliards de lymphocytes B. Après qu’un patient s’est remis du SAR-CoV-2, il crée de nombreux lymphocytes B qui sont propres au virus ; cependant, certains lymphocytes B fabriqueront des anticorps qui se lient seulement au virus mais qui ne protègent pas. Ainsi, détecter les lymphocytes B spéciaux qui éliminent ou neutralisent le virus est extrêmement rare. C’est comme « chercher une aiguille dans une botte de foin ». Les technologies actuelles permettent uniquement de chercher des liants, mais pas des neutralisants – si bien que les chercheurs sont contraints de séquencer et de réexprimer l’anticorps à partir de lymphocytes B non spécifiques, perdant ainsi beaucoup de temps et de ressources. Le système Beacon et le test de neutralisation virale sont conçus pour régler ce problème en dépistant directement des cellules simples pour la fonction de neutralisation en une seule journée.

L’objectif principal du GEPAD Consortium est de permettre la réponse thérapeutique la plus rapide aux nouveaux pathogènes. Le GEPAD Consortium demande que quiconque s’intéresse à ce flux de tâches de neutralisation virale et souhaite faire progresser l’état de la science se manifeste et le rejoigne pour ériger une barrière défensive à travers le monde contre les maladies provoquées par de nouveaux pathogènes. Les membres seront en mesure de découvrir rapidement des traitements potentiels à l’aide de petits échantillons sanguins prélevés sur des patients en rémission — aussi bien aigus que convalescents. Le consortium itère et améliore rapidement le flux de tâches de neutralisation virale à l’aide de la plateforme Berkeley Lights, et il espère que davantage de collaborateurs se manifesteront afin de participer à la lutte contre cette épidémie et d’être mieux préparés pour la prochaine.

« Cela fait longtemps que nous cherchons à étudier la capacité antivirale des anticorps secrétés par des lymphocytes B simples, mais les instruments et le protocoles pour réaliser ces études n’existaient pas. Un partenariat avec Berkeley Lights pour la mise au point d’approches innovantes concernant cette tâche de biologie à cellules simples devient maintenant une réalité », explique le DrJames Crowe, MD, directeur du Vanderbilt Vaccine Center.

« Nous avons mis au point un support de survie spécialisé pour les plasmocytes, et nous envisageons de l’utiliser pour une sélection rapide en amont d’un anticorps monoclonal cible rare », explique le Dr Lee. « Berkeley Lights, avec ce consortium, fera de cette méthode une réalité pour les anticorps neutralisants du COVID-19. Nous espérons que cela aidera dans cette pandémie pour sauver des vies. »

« Nous avons la possibilité de mobiliser rapidement quelque chose qui pourrait protéger les intervenants en première ligne ou traiter ceux qui ont été infectés », explique le Dr Saphire. « Des vaccins ne sont pas encore disponibles. Offrir un degré d’immunité immédiate à l’aide d’anticorps pourrait sauver la vie de ceux qui n’ont pas été vaccinés ou qui ne peuvent pas l’être, ou si les vaccins qui finiront par être proposés ne protègent pas complètement. »

« Le COVID-19 constitue une grave menace pour notre santé, notre mode de vie et l’économie mondiale », ajoute le DrEric Hobbs, PDG de Berkeley Lights. « Nous entendons bien faire ce que nous devons en mettant au point des tests et des flux de tâches que les chercheurs et les développeurs thérapeutiques peuvent utiliser pour découvrir rapidement les anticorps qui sont essentiels pour les traitements. »

À propos du Vanderbilt University Medical Center
Le Vanderbilt University Medical Center (VUMC) est l’un des plus importants centres médicaux académiques du pays. Dans le cadre de ses recherches, et en partenariat avec la Vanderbilt University School of Medicine, le Vanderbilt Vaccine Center participe au programme Pandemic Protection Platform (P3) de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) aux États-Unis, un accord de coopération de cinq ans visant à mettre au point des traitements aux anticorps protecteurs qui peuvent être proposés rapidement aux soignants dans un délai de 60 jours après l’apparition de maladies virales partout dans le monde.

À propos de La Jolla Institute for Immunology 
Le La Jolla Institute for Immunology s’attache à comprendre la complexité et le pouvoir du système immunitaire pour que nous puissions appliquer ces connaissances et promouvoir ainsi la santé humaine et prévenir toute une série de pathologies. Depuis sa création en 1988 en tant qu’organisation de recherche bénévole et indépendante, l’Institut a accompli de nombreuses avancées dans la réalisation de sa mission : life without disease® (une vie sans maladie).

À propos de l’Emory University
L’Emory University est l’une des plus grandes universités de recherche au monde. Elle a pour mission de créer, de préserver, d’enseigner et d’appliquer les connaissances au service de l’humanité. Les efforts d’Emory sont menés par le Dr Lee du département Pulmonaire, Allergies, Soins critiques et Sommeil, du Lowance Center for Human Immunology et de l’Emory Vaccine Center. Elle contribue des méthodes de culture élaborées dans son laboratoire qui améliorent sensiblement la survie des lymphocytes B et des plasmocytes, facilitant ainsi l’isolement de cellules extrêmement rares qui produisent des anticorps intéressants. Les travaux du Dr Lee sont soutenus par NIH, le Lowance Center, la Gates Foundation et la Georgia Research Alliance.

À propos de Berkeley Lights
Chez Berkeley Lights, nous pensons que les cellules sont formidables ! Elles sont capables de fabriquer des remèdes contre les maladies, des fibres pour les vêtements, de l’énergie sous forme de biocarburants et des protéines alimentaires pour la nutrition. La question qui se pose est donc la suivante : si la nature est capable de fabriquer les produits dont nous avons besoin d’une manière reproductible à grande échelle, pourquoi n’en tirons-nous pas davantage parti ? La réponse est que les solutions actuellement à notre disposition ne nous le permettent pas facilement. Trouver la bonne cellule pour une tâche particulière nécessite beaucoup de temps et d’argent et, si vous avez choisi une lignée cellulaire qui n’est pas optimale, le rendement du processus sera très faible. Berkeley Lights propose une solution complète pour trouver les meilleures cellules en détectant et en récupérant fonctionnellement des cellules individuelles pour la découverte d’anticorps, le développement de lignées cellulaires, l’analyse des cellules T et la biologie synthétique. Notre technologie propriétaire et les plateformes Beacon® et Lightning™ accélèrent la vitesse à laquelle il est possible de découvrir et développer des produits à base de cellules, avec des délais et un coût bien inférieurs à ceux des méthodes de recherche classiques habituellement utilisées. Grâce à nos outils et solutions, les scientifiques peuvent trouver les meilleures cellules du premier coup. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur www.berkeleylights.com.

Les systèmes Beacon et Lightning de Berkeley Lights et l’instrument Culture Station sont :

Réservés à la recherche. Ne pas utiliser dans les procédures de diagnostic.

Logo – https://mma.prnewswire.com/media/1078159/Berkeley_Lights_Logo.jpg

Related Links

http://www.berkeleylights.com

SOURCE Berkeley Lights

Author

Generosa Delgado has been a health writer for Press Daily since 2018. Previously, she was a health and medical writer for The Los Angeles Times. Generosa has experience working as a freelance journalist since 2016, and before that as a staff writer for Health Magazine.